Édito

Élégie de liberté

Depuis plus de deux ans, nous sommes à terre, gisant sur le sol, incapable de se relever dignement. Les gens sont allés voter de la même manière qu’ils sont allés se faire vacciner, ils ont cédé au chantage dans une résignation généralisée, marquant dans leur chair cet état d’impuissance. Nous prenons coup sur coup, le Covid, la guerre froide, l’élection présidentielle, et dès cet été nous reprendrons bien une savate de la part du gouvernement. Certainement, dans un premier temps, une réforme des retraites, puis en un second temps un retour du pass sanitaire. Tous ces coups sont le moyen de maintenir une pression sur les corps. Rendant impossible de se relever pour les rendre. Pourtant, il y a eu un moment où la pression s’est relâchée en février dernier.

Démocratie et fascisme, un cercle commun

La guerre froide est de nouveau visible aux yeux de tous en Europe, faisant de l’ombre à l’élection présidentielle française. À l’évidence tout le monde se contrefout de cette élection. Plus personne d’un tant soit peu lucide ne croit à la démocratie. Une élection ne change pas grand-chose, elle change surtout une façon de communiquer sur une façon de gouverner. Les scandales sortent et se ressemblent. Le cabinet McKinsey « conseille » ou plutôt dicte la marche à suivre au gouvernement français depuis Sarkozy en passant par Hollande et aujourd’hui le misérable Macron. Il ne faut pas s’inquiète de revoir leurs noms ou le nom de certains de leurs employés dicter le mandat présidentiel qui vient.

Marxisme hérétique

Avec la réédition de certains textes de Dionys Mascolo, une petite actualité s’est ouverte. Dans ce numéro, nous proposons une modeste contribution à cette actualité. Nous nous permettons d’élargir le spectre de cette actualité par la présence de quelques autres marxistes hérétiques. L’enjeu n’est pas de ressusciter le marxisme, mais de comprendre certain de ses gestes, de ses logiques, de les saisir comme des outils à agencer avec d’autres éléments dynamiques, pour porter un impact historique.

Lien d’ombre conspirative

L’horreur est survenue ! La gauche et les nouveaux chiens de garde de la « raison » transpirent face à la sortie d’un livre. Tous sont allés de bon cœur pour attaquer et discréditer ce livre qui les effraie tant. Pourquoi ont-ils autant peur de ce livre ? Car ils ont peur de voir page après page leur pensée objective se fissurer de toute part.

Pourquoi lire Agamben ?

Alors que toute interrogation critique est ramenée sur l’enfant terrible du complotisme, qu’il devient impossible de trouver le moindre espace à la critique d’une gouvernementalité toujours plus aboutie, c’est précisément ce que nous proposons de questionner avec ce premier numéro.